Les amortissements réellement effectués dans la limite de ceux qui sont généralement admis d’après les usages de chaque nature d’industrie, de commerce ou d’exploitation prévus par voie réglementaire, et conformément aux dispositions de l’article 174.
Les éléments de faible valeur dont le montant hors taxe n’excède pas 30.000 DA peuvent être 74 Article 140-3 : créé par l’article 4 de la loi de finances complémentaire 2009.constatés comme charge déductible de l’exercice de leur attachement.
Les biens acquis à titre gratuit sont inscrits à l’actif pour leur valeur vénale.
Toutefois, la base de calcul des annuités d’amortissement déductibles est limitée pour ce qui est des véhicules de tourisme à une valeur d’acquisition unitaire de 1.000.000 DA.
Ce plafond de 1.000.000 DA ne s’applique pas lorsque le véhicule de tourisme constitue l’outil principal de l’activité de l’entreprise.
La base d’amortissement des immobilisations ouvrant droit à déduction de la T.V.A et servant à une activité admise à la T.V.A est calculée sur le prix d’achat ou de revient hors T.V.A.
Celle des immobilisations servant à une activité non assujettie à la T.V.A est calculée T.V.A comprise.
L’amortissement des immobilisations est calculé suivant le système linéaire. Toutefois, les contribuables peuvent, dans les conditions fixées par l’article 174 paragraphes 2 et 3, pratiquer l’amortissement dégressif ou l’amortissement progressif.
Dans le cadre de contrat de crédit-bail, l’amortissement est calculé sur une période  égale à la durée du contrat de crédit-bail.
DÉFINITION ET RÔLE DE L'AMORTISSEMENT
Définition de l'amortissement et du plan d'amortissement :
L'amortissement est défini comme étant la constatation comptable de la perte subie par la valeur d'actif des immobilisations qui se déprécient avec le temps.
C'est donc la constatation de l'amoindrissement de la valeur d'un élément d'actif résultant de l'usage, du temps, du changement de technique ou de toute autre chose.
La dépréciation d'un élément d'actif représente la différence entre sa valeur brute et sa valeur nette comptable.
C'est précisément en raison des difficultés de mesure de cet amoindrissement que l'amortissement consiste généralement dans l'étalement sur une durée probable de vie, de la valeur des biens normalement amortissables sous la forme d'un plan d'amortissement.
Le plan d'amortissement est un tableau prévisionnel de réduction des valeurs inscrites aux bilans sur une période déterminée et par tranches successives.
Lorsque la durée d'utilisation du bien dans l'entreprise est nettement inférieure à sa durée de vie probable, il est tenu compte d'une valeur résiduelle raisonnablement appréciée au moment de l'établissement du plan d'amortissement.
Si la valeur actuelle est notablement inférieur à la valeur calculée suivant le plan d'amortissement, la moins value est constatée soit par la voie d'un amortissement exceptionnel, le reliquat du plan d'amortissement étant modifié en conséquence, soit d'une provision lorsque cette dépréciation n'est pas jugée définitive.
Amortissement dérogatoire
L'amortissement dérogatoire est l'amortissement ou la fraction d'amortissement ne correspond pas à l'objet normal de l'amortissement pour dépréciation.
Il est constaté en application des textes particuliers.
Il s'agit d'amortissement pratiqué pour bénéficier d'un avantage fiscal.
Il convient de préciser que la législation fiscale algérienne ne prévoit pas ce type d'amortissement.
Caractère obligatoire de l'amortissement
L'amortissement est une application particulière du principe général d'évaluation utilisé en comptabilité :
- l'évaluation de la valeur d'origine des éléments de l'actif
- L'enregistrement ultérieur des diminutions des valeurs éventuelles.
La pratique de l'amortissement est imposée par le respect de la sincérité des bilans vis à vis des tiers dans la mesure où celui ci évite que l'immobilisation ne figure pas au bilan pour une valeur supérieur à sa valeur actuelle.
Par ailleurs, la constatation et la comptabilisation de la charge que représente la dépréciation évite la distribution de bénéfices fictifs.
La constatation de l'amortissement est donc obligatoire à chaque exercice, que le résultat soit un bénéfice ou une perte, car le défaut ou l'insuffisance d'amortissement rendent l'inventaire frauduleux et constituent l'un des éléments du délit de distribution de dividendes fictifs.
Rôle financier de l'amortissement
L'amortissement a pour effet financier de permettre à l'entreprise le renouvellement des immobilisations, car il permet de conserver dans l'actif une valeur égale à celle qui en a été soustraite pour mesurer la dépréciation.
Il permet donc d'éviter de considérer comme un revenu ce qui n'est qu'une diminution du capital.
Par ailleurs, l'amortissement représente des fonds propres qui constituent un moyen de financement dont l'entreprise a la libre disposition tant qu'elle n'en a pas besoin pour assurer le remplacement des immobilisations.
Ainsi le caractère financier de l'amortissement pousse davantage à assurer la valeur de remplacement de l'immobilisation en s'écartant de sa valeur d'origine.
Par valeur de remplacement on entend " Le prix que coûterait à la fin de chaque exercice la reconstitution des immobilisations considérées dans l'état où elles se trouvaient au moment de leurs entrées dans l'actif ".
Analyse du caractère forfaitaire de l'amortissement
Il n'est pas possible de mesurer la diminution de valeur au cours d'une année d'un bien amortissable sans connaître la diminution totale de valeur que subira le bien au cours de sa période d'emploi et le laps de temps qui s'écroulera entre l'acquisition du bien et sa revente.
C'est pourquoi l'amortissement est établi sur la base d'une anticipation qui prévoit l'amortissement réalisé au cours des exercices futurs, la durée d'emploi du bien et sa valeur terminale.
Ainsi la dotation d'un exercice à l'amortissement est toujours évaluée forfaitairement même quand elle est proportionnelle à l'emploi qui est fait du bien au cours de l'exercice (kilométrages, unités produites), car le montant de l'amortissement par unité ou par kilomètre est déterminé par mesure directe de la dépréciation subie à partir de l'estimation de la dépréciation totale subie au cours de l'emploi et le nombre total d'unités produites ou de kilomètres parcourus.
Par ailleurs, il est à noter que la valeur résiduelle du bien au moment de sa sortie de l'actif est inconnue. En effet, un équipement peut être arrivé à usure complète (l'anticipation de pannes).
D'autre part, la chronique de la dépréciation ne se manifeste pas toujours de manière uniforme car il peut s'agir d'une usure physique qui résulte de l'usage normal du bien ou même du simple écoulement du temps, comme il peut s'agir d'une usure brusque à la suite d'un accident.
La dépréciation peut également résulter purement et simplement de l'obsolescence. La durée d'utilisation des équipements est particulièrement affectée par le niveau d'entretien la maintenance.
Il en résulte que la durée d'utilisation de l'équipement n'est pas fixe, car un choix est fait entre la réparation des équipements et leur renouvellement.
DÉFINITION DES IMMOBILISATIONS AMORTISSABLES
Introduction
L’ensemble des biens et valeurs durables acquis ou crées par l'entreprise ".
Les biens amortissables sont donc des éléments de l'actif immobilisé qui sont susceptibles de se déprécier avec le temps, l'usage et les techniques.
On entend par éléments de l'actif immobilisé les biens qui constituent pour l'entreprise des moyens d'exploitation (immeubles, matériels...) par opposition aux biens qui constituent l'objet même de l'activité de l'entreprise (marchandises).
En pratique et pour simplifier la distinction entre actif immobilisé et actif circulant, et considérant que l'amortissement a pour but de répartir entre les exercices la valeur d'un actif qui sert à plusieurs exercices, certaines législations considèrent qu'il n'y a lieu à amortissement que pour les biens dont la persistance dans l'actif est supérieur à un an.
Identification des immobilisations amortissables
Valeurs incorporelles :
Si en valeur de circonstances exceptionnelles, la valeur d'un élément incorporel subit une dépréciation réelle, cette dernière ne peut être constatée que par voie de provision.
Il est admis qu'un élément incorporel peut être amorti s'il est certain, dès sa création ou son acquisition que ses effets bénéfiques sur l'exploitation prendront fin nécessairement à une date déterminée.
Terrains :
Terrains de constructions et chantiers :
Les terrains construits sont évalués et comptabilisés séparément des constructions édifiées sur ces terrains. Ces terrains ne sont pas amortissables.
Carrières et gisement :
Tant qu'ils ne sont pas exploités, ces terrains ne sont pas amortissables.
Après leur mise en exploitation, ils peuvent faire l'objet d'un amortissement dans les conditions suivantes :
Le gisement est considéré comme une immobilisation amortissable. Le coût des travaux préparatoires à l'extraction des matériaux peut être amorti sur la durée d'exploitation de la carrière.
Le tréfonds au terrain de surface restant après épuisement des matériaux est une immobilisation non amortissable.
Les équipements de production :
Constructions :
Il s'agit des bâtiments administratifs, commerciaux et industriels. Les fondations et leurs appuis, les murs, les planchers, les toitures ainsi que les aménagements faisant corps avec eux, à l'exclusion de ceux qui peuvent être facilement détachés, ou encore de ceux qui en raison de leur nature et de leur importance justifient une inscription distincte.
 Les ouvrages d'infrastructures :
Ceux là comprennent les travaux de création, de transformation ou de rénovation d'ouvrages de génie civil.
Les installations complexes :
Il s'agit d'ensemble d'usages spécialisés pouvant comprendre des constructions, matériel, pièces ou autres élément qui, même séparables par nature, sont liés pour leur fonctionnement et que cette incorporation rend passible du même rythme d'amortissement.
Matériel et outillage :
Le matériel est constitué par l'ensemble des instruments, objets et machines utilisés pour :
L'extraction, la transformation ou le façonnage des matières
La fourniture des services qui font l'objet de la profession exercée.
L'outillage comprend tous les instruments dont l'utilisation concurremment avec un matériel, spécialise ce matériel dans un emploi déterminé.
Il est à noter que le petit outillage à main de faible valeur (matériaux, pinces, etc.) qui s'use rapidement peut être amorti dans l'année de son acquisition.
Matériel et transport :
Il s'agit de tous les véhicules et appareils servant au transport des personnes et des choses par terre, par fer, par eau ou par air. Toutefois, la base de calcul des annuités d'amortissement fiscalement déductibles est limitée pour ce qui est des véhicules de tourisme à une valeur d'acquisition unitaire de 1 000.000 DA
Les agencements et installations :
Les agencements et installation comprennent tous les objets et travaux destinés à établir une liaison entre les divers investissements ou à mettre ceux-ci en état d'usage.
Ce sont donc les dépenses qui ont pour objet d'améliorer les éléments corporels d'un fond ou qui ont pour effet de donner une plus-value aux éléments d'actif de l'entreprise.
Exemple : installations téléphoniques, installations de chauffage.
Le coût de revient des agencements et installation destinés à l'équipement d'un terrain est amortissable sur la durée normale d'utilisation de l'équipement.
Emballage récupérables :
Les emballages commerciaux qui remplissent la double condition d'être récupérables et identifiables constituent des immobilisations amortissables.
A contrario, les emballages ne remplissant pas ces conditions font partie des stocks.
Équipement de bureau :
Il s'agit de tables, bureaux, chaises, classeurs, machines à écrire, machines électro-comptables, etc.
Équipements sociaux :
Il s'agit de l'ensemble des biens de toute nature, meubles ou immeubles, à l'exception des terrains acquis ou crées par l'entreprise, et affectés aux opérations non professionnelles tels que les logements d'astreinte, locaux affectés aux œuvres sociales.
Les investissements en cours :
Il s'agit de la valeur des investissements en cours de réalisation à la clôture de l'exercice.
La distinction entre frais généraux et immobilisations
La distinction entre frais généraux et immobilisations revêt une importance particulière au plan fiscal qui réside dans le fait que les frais généraux sont des charges immédiatement déductibles, tandis que seule dotation aux amortissements de l'exercice est déductible pour ce qui est des immobilisations.
Par ailleurs, la distinction des produits provenant de la cession d'immobilisations est indispensable à l'application du régime des plus-values de cession.
Les dépenses de maintien en état
Les dépenses d'entretien et de réparation sont immédiatement déductibles dans la mesure où elles ne font que maintenir l'immobilisation en bon état de fonctionnement.
Ces dépenses sont également déductibles si elles portent sur un matériel entièrement amorti.
En revanche, les dépenses qui donnent à un matériel déterminé et sont indispensables au maintien du potentiel de ces biens seraient inutilisables ailleurs, ces pièces sont considérées comme un des éléments de l'immobilisation et sont amorties sur la même durée de vie.
Elles sont considérées comme "matériel de réserve".
Par contre, les pièces à usage variable constituent un approvisionnement en stock.
Indemnité d'éviction
Si une entreprise propriétaire verse à l'un de ses locataires une indemnité d'éviction pour son renouvellement de bail des locaux où elle exerce un commerce identique à celui de son ancien locataire, cette indemnité constitue une partie du prix d'acquisition de la clientèle de ce locataire et non une charge déductible.
L'indemnité d'éviction peut également constituer un élément du prix de revient du bien acquis lorsqu'elle trouve sa contrepartie dans l'accroissement de la valeur des immobilisations inscrites à l'actif du bilan, tel que l'indemnité versée pour permettre la libération d'immeubles en vue de leur démolition et la construction de locaux industriels et d'équipements.
Si elle est consécutive à l'acquisition des locaux et à leur inscription à l'actif de l'entreprise du droit de bail en vue d'acquérir la jouissance de ces locaux constitue un élément du prix de revient de ces derniers.
LES TECHNIQUES D'AMORTISSEMENT
Procédé d'amortissement constant (linéaire)
Champ d'application
L'amortissement linéaire s'applique à tous les biens soumis à dépréciation
Base de l'amortissement
Elle est constituée par le prix de revient :
- Hors TVA déductible si l'immobilisation est destinée à une activité soumise à la TVA
- TVA comprise si l'immobilisation est destinée à une activité non soumise à la TVA
Taux d'amortissement
Le taux d'amortissement à retenir est égal au quotient de 100 par le nombre d'années correspondant à la durée normale d'utilisation des immobilisations.
Point de départ de l'amortissement
Le point de départ de l'amortissement linéaire intervient aux jours de la mise en service effective de chaque élément amortissable.
Si le point de départ de l'amortissement se situe en cours de l'exercice, la première annuité doit être réduite au prorata du temps. Cette réduction se calcul en jours.
De même, en cas de cession d'un élément en cours d'exercice, l'amortissement doit être pratiqué jusqu'au jour de la cession au prorata du temps.
Exemple d'application :
Soit une machine acquise le 1er Septembre 1995 pour une valeur de 500.000 DA.
Sa durée d'utilisation normale est de dix (10) ans.
Sa mise en service effective a eu lieu le 17 septembre 1995. Elle a été cédée le 20
Mars 2000.
Année  Base amortissable  Taux d'amortissement    Annuité      Valeur nette comptable
31.12.95         500.000        10%*(104/360)             14.444,44                 485.555,56
31.12.96         500.000        10%                               50.000,00                435.555,56
31.12.97         500.000        10%                               50.000,00                385.555,56
31.12.98         500.000        10%                               50.000,00                335.555,56
31.12.99         500.000        10%                               50.000,00                285.555,56
31.12.2000   500.000          10%*(80x/360)            11.111,11                    274.444,45
Total amorti 255.555,55
(x) Cette fraction constitue le "prorata temporisé" ou prorata du temps de mise en service compté en nombre de jours, l'année étant comptée pour 360 jours.
Procédé d'amortissement dégressif
Calcul de l'amortissement dégressif
Champ d'application :
L'amortissement dégressif s'applique à titre optionnel aux : équipements concourant directement à la production, autres que les immeubles, les chantiers, les bâtiments et les locaux servant à l'exercice de l'activité.
Entreprises touristiques, en ce qui concerne les bâtiments et locaux servant à l'exercice de l'activité.
Conditions d'applications
Les entreprises qui désirent opter pour le système d'amortissement dégressif doivent réunir trois (03) conditions :
- Elles doivent être soumises au régime d'imposition d'après le bénéfice réel.
- Elles sont tenues d'en faire mention sur simple lettre à l'administration fiscale et ce, lors de la production de la déclaration des résultats de l'exercice clos en spécifiant la na nature des immobilisations soumises à cet amortissement et la date de leurs acquisition ou de création. L'option une fois faite est irrévocable pour les investissements qu'elle concerne.
- L'amortissement dégressif doit porter sur les biens acquis ou crées, énumérés par le décret exécutif n° 92-271 du 6 juillet 1992 et dont la durée d'utilisation est au moins égale à 3 ans.
Modalités de calcul de l'amortissement dégressif
Le mécanisme de l'amortissement dégressif comporte l'application d'un taux d'amortissement d'abord sur la valeur d'origine représentant, selon le cas, le prix d'achat ou de revient.
Hors TVA déductible si l'immobilisation est destinée à une activité soumise à la TVA
TVA comprise si l'immobilisation est destinée à une activité non soumise à la TVA, puis à partir du 2éme exercice, la valeur résiduelle est constituée par la différence entre : la valeur nette comptable en début d'exercice et la dotation aux amortissements pratiqués relative à l'exercice considéré.
Taux de l'amortissement dégressif :
Le taux de l'amortissement dégressif est obtenu en multipliant le taux de l'amortissement linéaire correspondant à la durée normale d'utilisation par l'un des coefficients prévus dans le tableau ci dessous.
Durée normale d'utilisation Coefficient fiscal
Trois ou quatre ans 1.5
Cinq ou six ans 2
Supérieur à six 2.5
Exemple d'application :
Soit un équipement acquis pour une valeur de 2.500.000 DA, le 01.07.95. Cet équipement doit être amorti sur une durée de cinq ans, suivant le mode dégressif.
Le tableau d'amortissement se présente comme suit :
Année   Base amortissable Taux d'amortissement   Annuité      Valeur nette comptable
31.12.95 2. 500.000                     20%*2= 40%        1.000.000              1.500.000
31.12.96  1. 500.000                     20%*2= 40%          600.000                900.000
31.12.97   900.000²                     20%*2= 40%            360.000                540.000
31.12.98    270.000                       50%                         270.000                        0
Remarque :
Il est à noter que la règle de "prorata temporis" ne trouve pas à s'appliquer dans le cas de l'amortissement dégressif. Ainsi la première annuité d'amortissement n'est pas calculée au prorata du temps qui sépare la date d'acquisition et la clôture de l'exercice.
Point de départ de l'amortissement :
Le point de départ de l'amortissement dégressif est la date d'acquisition du matériel.
Procédé d'amortissement progressif :
Champ d'application
Le système de l'amortissement progressif ne fixe pas de liste quant aux investissements susceptibles d'y ouvrir droit.
Conditions d'application de l'amortissement progressif
L'amortissement progressif est accordé aux entreprises qui ont formulé une demande d'option jointe à leur déclaration annuelle des résultats.
L'option une fois faite devient irrévocable pour les amortissements qui y ouvrent droit.
La demande d'option n'implique pas d'autorisation de la part de l'administration fiscale.
Modalités de calcul de l'amortissement progressif
L'amortissement progressif est obtenu en multipliant la base amortissable par une fraction admettant comme numérateur le nombre correspondant à la durée
d'utilisation déjà courue et comme dénominateur n (n*1)/2, n étant le nombre d'année d'amortissement.
Base d'amortissement
La base à prendre en compte pour le calcul de l'amortissement progressif est déterminé comme suit :
Investissements neufs : au titre de la première annuité : Elle est constituée par le prix d'achat ou de revient des immobilisations.
Hors TVA déductible si l'immobilisation est destinée à une activité soumise à la TVA
TVA comprise si l'immobilisation est destinée à une activité non soumise à la TVA. Au titre de l’annuité ultérieure : La base d'amortissement est constituée par la valeur résiduelle ou valeur nette comptable des immobilisations au début de chaque exercice considéré.
Investissements anciens et non entièrement amortis : La base à retenir pour le calcul des annuités d'amortissement est constituée par la valeur nette comptable desdites immobilisations.
Taux d'amortissement :
Le taux à appliquer à la base d'amortissement est déterminé par référence aux deux termes de la fraction admettant :
Comme numérateur le nombre d'années correspondant à la durée d'utilisation déjà courue.
Comme dénominateur n (n+1) /2, n'étant le nombre d'année d'amortissement. Il est précisé que la formule n (n+1)/2 représente le total des chiffres de la série numérique correspondant à la suite des années pendant la durée d'utilisation.
Exemple d'application
Soit une machine acquise le 01.01.96 pour le prix de 350.000,00 DA. Cette machine est amortie sur 10 ans selon le mode progressif.
1 - Calcul du taux d'amortissement
a- Le numérateur étant le nombre d'années d'amortissement se calcule comme suit :
Année d'utilisation                              Numérateur
             1                                                  1
             2                                                  2
             3                                                  3
             4                                                  4
             5                                                  5
             6                                                  6
             7                                                  7
             8                                                  8
             9                                                  9
            10                                                 10
b - Le dénominateur est égal à :  n(n+1)/2=10(10+1)/2=55
Le tableau d'amortissement s'établit donc comme suit :
Année       Base amortissable      Taux              Annuité           Valeur nette comptable
31.12.96        350.000                  1/55             6.363,63                    343.636.37
31.12.97        350.000                  2/55            12.727,27                   330.909,91
31.12.98        350.000                  3/55            19.090,90                   311.818,20
31.12.99        350.000                  4/55            25.455,54                   286.363,66
31.12.2000    350.000                  5/55            31.818,18                    254.545,48
31.12.2001     350.000                 6/55             38.181,81                    216.363,67
31.12.2002    350.000                  7/55            44.545,45                   171.818,22
31.12.2003    350.000                  8/55            50.909,09                   120.909,1

 

 

 

Taux d’amortissement

 

Désignation des Immobilisations

Durée d’utilisation

                                Taux

Constructions

  • - Constructions en matériaux durables

20 ans

5%

  • - Bâtiments commerciaux, industriels, garages, hangars, ateliers

20 ans

5%

  • - Cabines de transformation

20 ans

5%

  • - Installations de chutes d’eau, barrages

20 à 50 ans

2 à 5%

  • - Châteaux d’eau

25 à 50 ans

2 à 4%

  • - Canalisations

10 à 20 ans

5 à 10%

  • - Usines

20 ans

5%

  • - Maisons d’habitation

20 ans

5%

  • - Fours à chaux, plâtre

10 ans

10%

  • - Fours électriques

10 ans

l0 %

  • - Bâtiments démontables ou provisoires

5 ans

20%

Matériel et outillage

  • - Chaudières à vapeur

20 ans

5%

  • - Cuves à ciment

20 ans

5%

  • - Machines à papier et à carton

20 ans

5%

  • - Presses hydrauliques

20 ans

5%

  • - Presses, compresseurs

10 ans

10%

  • - Réservoirs à pétrole

10 ans

 l0 %

  • - Transformateurs lourds de forte puissance

10 ans

10%

  • - Turbines et machines à vapeur

10 ans

10%

  • - Pétrins mécaniques, malaxeurs

5 ans

20%

  • - Excavateurs

5 ans

20%

  • - Foudres, cuves de brasseries, de distillation ou de vinification

10 ans

10%

  • - Appareils d’épuration, de triage

10 ans

10%

  • - Appareils de laminage, d’essorage

10 ans

10%

  • - Machines outils légères, tours, mortaiseuses, raboteuses, perceuses

5 ans

20%

  • - Lignes de transport d’énergie électrique :

5 à 10 ans

10 à 20%

  • - Appareils à découper le bois

5 ans

20%

  • - Matériels d’usines y compris machines outils

5 ans

20%

  • - Marteaux pneumatiques

5 ans

20%

  • - Perforatrices

5 ans

20%

  • - Matériels d’usine fixes

3 ans

33,33%

  • - Petits outillages (outillage à main)
  • - logiciels informatiquesd’une valeur inférieure à 1000 000 FCFA

 

 frais généraux

Matériel de travaux publics et de bâtiment

  • - Gros engins ( bulldozers, scrapers, rouleaux etc)

10 ans

 

10%

  • - Petits engins (camion goudronneur, camion arroseur etc )

5 ans

20%

  • - Engins de transport

5 ans

20%

  • - Bétonnières auto- tractées ou mobiles

5 ans

20%

  • - poste de soudure : fixe

10 ans

10%

  • - poste de soudure: mobile ou destiné à être transporté

5 ans

20%

Matériel de transport

  • - Grosses grues

10  à 20 ans

5 à 10%

  • - Wagons de transport

20 à 40 ans

2,5 à 5%

  • - Voies de chemin de fer

20 à 50 ans

2 à 5%

  • - Véhicules élévateurs

5 à 10 ans

10 à 20%

  • - Aéronefs et appareils navals

5 ans

20%

  • - Fûts de transport (bière et vin)

5 ans

20%

  • - Fûts de transport métalliques

5 ans

20%

  • - Containers

5 à 10 ans

10 à 20%

  • - Véhicules automobiles de tourisme

3 ans

33, 33 %

  • - Véhicules automobiles utilitaires légers

3 ans

33, 33 %

  • - Véhicules automobiles de transport de marchandises

3 ans

 33, 33 %

  • - Matériels automobiles de transport en commun

3 ans

33, 33 %

  • - Tracteurs

5 ans

20%

  • - Charrettes

4 ans

25%

  • - Tracteurs utilisés par les forestiers

4 ans

25%

Matériel, mobilier, agencement et installation

  • - Agencements, aménagements, installations

10 ans

10%

  • - Mobiliers de bureau ou autres

10 ans

10%

  • - Meubles meublant (lits, chaises, tables, armoires etc.)

5 ans

20%

  • - Matériels de bureau

5 ans

20%

  • - Matériels de campements (tentes, réchauds, lits)

2 ans

50%

  • - Coffres forts et armoires blindées

20 ans

5%

  • - Machines informatiques (serveur)

4 ans

25%

  • - Matériels informatiques
  • - logiciels de valeur égale ou supérieure à 1000 000 F CFA

2 ans

50%

  • - Matériels de reprographie

3 ans

33,33%

Autres matériels

  • - Extincteurs

5 ans

20%

  • - Installations téléphoniques (standard, etc.)

10 ans

10%

  • - Equipements sanitaires fixes

10 ans

10%

  • - Equipements sanitaires mobiles

5 ans

20%

  • - Bâches et protections souples

3 ans

33,33%

  • - Panneaux publicitaires et enseignes (lumineux ou autres) fixés à demeure

3 ans

33, 33%

  • - Tondeuses à gazon à moteur

5 ans

20%

  • - Tondeuses à gazon mécanique

 

frais généraux

Electroménager

  • - Climatisation centrale

10 ans

10%

  • - Climatiseurs autres, ventilateurs fixes, etc.

5 ans

20%

  • - Ventilateurs mobiles, humidificateurs, etc.

2 ans

50%

  • - Horloges pointeuses et assimilées

5 à 10 ans

10 à 20%

  • - Réfrigérateurs, fontaines réfrigérantes et assimilées

5 ans

20%

  • - Machines à laver

5 ans

20%

Matériels d’Hôtels et de restauration

  • - Literie

3 ans

33, 33%

  • - Cuisinières

10 ans

10%

  • - Argenterie

5 ans

20%

  • - Aménagements décoratifs

5 ans

20%

  • - Tapis, rideaux, tentures

4 ans

25%

  • - Fourneaux de cuisine

5 ans

20%

  • - Lingerie

 

frais généraux

  • - Verrerie, vaisselle, ustensiles de cuisine

 

frais généraux

Matières plastiques (moulage)

  • - Presses à compression

10 ans

10%

  • - Presses à transfert

10 ans

10%

  • - Préchauffeurs ou étuves

5 ans

20%

  • - Pastilleuses

5 ans

20%

  • - Presses à injection

5 ans

20%

  • - Machines à gélifier, à boudiner

5 ans

20%

  • - Machines à former par le vide

5 ans

20%

  • - Machines à métalliser

5 ans

20%

  • - Machines à souder et à découper

5 ans

20%

  • - Moules

5 ans

20%

Matériel soumis à l’action des produits chimiques

  • - Lessiveuses, diffuseurs

5 ans

20%

  • - Appareils de récupération des produits

5 ans

20%

  • - Appareils de blanchissage

5 ans

20%

  • - Appareils de cuisson

5 ans

20%

Matériels de pêche  et de chasse 

  • - Matériels de pêche et de chasse

5 à 10 ans

10 à 20%

Divers

  • - Animaux inscrits en immobilisations (géniteurs producteurs, labours, etc.)

5 ans

20%